27 rue Charlot - 75003 Paris - M° Filles du Calv.
Ouvert du mardi au vendredi de 14h à 19h,
samedi de 11h à 19h (dimanche sur RDV)

Téléphone : 01 42 72 00 49
E-mail : contact@andershus.fr
Oscar Carserud et ses oiseaux

Oscar Carserud, est sculpteur céramiste. Il est Suédois.
Né en 1968 il travaille et vit à Åstorp dans le Skåne, proche du Danemark où il a vécu longtemps.
Oscar Carserud est fasciné par les oiseaux. C’est la féminité des oiseaux qu’il aime, leurs formes rondes.
Il travaille la glaise et la neige en hiver.
Il remporte des prix en Angleterre, au Canada et en Suède avec en particulier des œuvres dans la spécialité « sculptures de neige ».

Oscar CARSERUD exposera ses « Oiseaux et autres bêtes » dans la Galerie ANDERS HUS du 14 au 31 OCTOBRE 2009.
Vernissage le 14 octobre en présence de l’artiste.

Les oiseaux d’Oscar sont des compositions dynamiques aux formes simples et aux proportions exceptionnelles.

Ces aimables oiseaux bien présents et pourtant irréels ne nous font ils pas retrouver ce voyage en enfance des contes suédois ?

Nous laissons la parole à Oscar Carserud, rencontré dans son atelier en Suède

Quand je crée avec la terre je suis dans un processus positif, exploratoire et sensuel. J’aime toucher la terre, la suivre avec mes mains. Il y a à modeler la terre un caractère méditatif et sacré que j’accepte. C’est la sensation de la sculpture qui est primordial pour moi, la forme, la structure, mais aussi le dessin et la taille.
Je pense que le langage existe avant la parole qui exprime : On regarde le monde et on lui donne des mots comme : mouillé, sec, dur, tendre, bon mauvais, travail, repos….
C’est pareil avec mon travail je commence à modeler avant de connaître l’oeuvre finie.

Je fais des sculptures de trois catégories :
• Celles où la forme est essentielle
• Celles qui vont me permettre de raconter une histoire
• Celles qui vont être sympathiques

Je fais beaucoup d’oiseaux. Les oiseaux sont passionnants. L’idée de l’oiseau, l’oiseau lui-même. Je leur donne des formes aérodynamiques pour qu’ils puissent traverser l’air sans friction.

J’essaie d’éviter les arêtes vives, mais le vernis et le cuisson peuvent réserver des surprises (la cuisson est entre 1100 et 1300 degrés). Quand je fais une sculpture, je choisis d’abord la forme, puis je réfléchis à la couleur, à la taille au dessin. J’ai peur de faire ces choix.
Souvent je refais le vernis.

J’aime les couleurs fortes. J’aime aussi la couleur beige marron : celle du pain grille.
Vernir une sculpture c’est très différent de la peindre. Et en plus, il y’a maintenant pas mal de vernis qui sont interdites, trop dangereux.

Mes sculptures sont des pièces uniques. Cela m’arrive de faire un second modèle d’une sculpture vendue. Mais elles ne sont jamais identiques. Je fais des corrections en rapport avec mon état d’âme du moment, influencées par mon propre monde.

J’aime beaucoup suivre mes sculptures vendues. Je demande parfois aux acheteurs de m’envoyer des photos. Elles me manquent.




<< Retour